Il existe une nette préoccupation quant à sauver la planète, sauver les humains et sauver les animaux sur Terre. Lorsque nous naissons ici, nous sommes dès lors responsables de notre environnement qui, après tout, fait partie de nous.

Ce n’est pas de ce sauvetage dont je parle.

Des gens souffrent.

D’autres veulent que ces personnes cessent de souffrir.

Ils veulent que ces gens cessent de souffrir alors qu’ils en ont eux-mêmes décidé ainsi.

À moins qu’une personne décide qu’elle en a assez et souhaite arrêter de souffrir, personne au monde ne peut lui venir en aide.

De plus, une grande majorité d’individus valorise le fait de souffrir et c’est pour eux comme un trésor d’or et de diamants. De l’or et des diamants qui seront le prix de leur salut et de leur montée au paradis.

VOUS n’êtes pas ici pour sauver le monde, et moi non plus. Nous ne sommes pas ici pour sauver qui que ce soit. Nous sommes là pour ÊTRE ICI MAINTENANT.

Si un mendiant dans la rue vous demande de l’argent, vous pouvez faire plusieurs choses ; l’une d’entre elles est de lui donner de l’argent et de passer votre chemin. Une autre est de ne pas lui donner d’argent car il s’en servirait pour s’acheter de la drogue ou de l’alcool et vous jugez que ce n’est pas bien. Une autre est de lui faire tout un discours sur ce qu’il vit. Une autre est de lui acheter à manger. Une autre est d’essayer de le sauver en l’emmenant dans un foyer ou un centre de désintoxication, ou de le ramener auprès des siens.

Quelle est la bonne chose à faire ?

Eh bien, aucune, vraiment. Il n’y a aucun jugement.

Si vous tentez de le sauver en l’emmenant dans un foyer ou un centre de désintoxication, vous perdez votre temps, mais au moins vous aurez bonne conscience.

À moins que, bien sûr, le mendiant vienne vers vous dans la rue et vous dise : « s’il vous plaît, aidez-moi, je suis malade et fatigué d’être drogué, je veux retrouver ma vie d’avant, s’il vous plaît, aidez-moi »

Si cela se produisait, je pense que les actions que vous entreprendriez seraient très efficaces et le toxicomane s’en sortirait très certainement.

Quelle est la probabilité que ce scénario se produise ? Très faible.

Et c’est là la clé du problème. Vous ne pouvez sauver tous les mendiants toxicomanes de la rue.

Et comment ceci se compare-t-il avec le reste de la population ? C’est pareil.

Traduit par Jacqueline pour ascension101.com
Source : lapressegalactique.org